Eric Dodo Bougendza retourne sa veste et sa langue

0
127

Libreville, le 5 février 2020 ( NVG)- C’est désormais acté, le parti démocratique gabonais ( PDG) vient de vomir de ses rangs celui – là même qu’ils n’ont pas hésité à défendre becs et ongles, contre vents et marées, au détriment parfois du respect des statuts du parti.

L’éviction toujours non actée de Ali Akbar Onanga Y’obéghé en est l’une des preuves de ce soutien indéfectible qu’avaient voué plusieurs cadres du PDG à Brice Laccruche Allihanga, ancien directeur de cabinet du chef de l’État, ancien membre du bureau politique, et ancien directeur de cabinet du distingué camarade président du parti, Ali Bongo Ondimba.

Que ce soit Julien Nkoghe Bekale ( président d’honneur de l’Ajev), Billie By Nze, Éric Dodo Bougendza, Carine Arissani, les photos de la tournée républicaine effectuée par BLA sont sans commentaires . Ces derniers ont tous portés en triomphe Brice Laccruche Allihanga. Pourtant, cette période semble devenue lointaine, le messie d’hier, qui a su revivifier la population gabonaise, qui a su drainer les foules à chacune de ses étapes à travers les provinces du pays , est devenu le Juda, celui – là même que l’on accuse de tous les maux.

Le dernier acte en date est le communiqué du secrétaire général du parti démocratique gabonais, Éric Dodo Bougendza, qui a simplement cette fois – ci, et chose curieuse, respecter ce que disent les textes du parti, à savoir << Tout camarade privé de sa liberté, fut – il de façon momentanée, n’exerce plus ses responsabilités au sein du PDG>>. Rien que ça ! Eric Dodo Bougendza s’en remet d’ailleurs au chef de l’État pour << pourvoir les postes vacants >>.

Copyright : lesnouvellesdugabon.com


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here