Le stade Engongh d’Oyem sombre dans l’oubli total

0
353

Libreville, le 2 mars 2020( NVG)- Le constat est triste et alarmant pour notre pays. Les dépenses financières colossales effectuées pour parvenir à réaliser les structures sportives dans notre pays sont aujourd’hui remises en cause par l’état de dégradation de celles – ci. Des stades, des hôtels et autres qui sont depuis des années déjà négligées et abandonnées faute de compétition, de véritable management et d’entretien. L’ancienne agence en charge de la gestion des stades aura lamentablement échouée dans sa mission.

Aujourd’hui, hors mi le seul stade rénovation de Franceville qui bénéficie d’un entretien acceptable, ceux de Port -Gentil, Libreville et Oyem connaissent le sort contraire. Pis, celui d’Oyem se meurt actuellement. Des hautes herbes ont envahi l’air de jeu, des animaux sont constamment signalés au sein de l’enseigne, à en croire que le stade est devenu un parc ou un zoo.

Cela ne s’explique pas. Comment peut on négliger autant des infrastructures pour lesquelles le contribuable aura mobilisé d’énormes moyens financiers et humains? Pourquoi des activités parallèles ne sont – elles pas mise en place afin que ces structures sportives ne meurent pas de leur propre mort? Les instances faîtières doivent à tout prix trouver des solutions à cette situation accablante pour notre pays.

Copyright : lesnouvellesdugabon.com


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here